Colliers International et Hotelschool La Haye ont réalisé des études sur les performances d'Airbnb dans les capitales européennes. Une synthèse des conclusions du développement de la plateforme à Amsterdam, Berlin, Londres, Madrid et Paris a été publiée le 7 juin.

Les principales constatations pour Paris, basées sur les données fournies par AirDNA, sont les suivantes :

  • La ville comptait 130.136 logements Airbnb disponibles sur le site internet en 2017, dont 79.846 ont enregistré des réservations réelles.
  • Il y a eu 6,5 millions de nuitées en 2017, soit une croissance de 28,5% par rapport à 2016. 
  • La durée moyenne du séjour des touristes Airbnb à Paris étaient de 4,42 nuits.
  • Approximativement 4,2 millions de visiteurs à Paris sont restés dans un Airbnb en 2017.
  • Le revenu locatif moyen des hôtes Airbnb par logement était de 7.500 € pour l’ensemble du territoire parisien ; Les hôtes des zones centrales (Hôtel de Ville, Louvre) ont réalisé en moyenne deux fois ce montant par logement (respectivement : 13.900 € et 15.000 €).
  • Paris comptait 62.515 hôtes avec des réservations réelles en 2017. Près de 9.000 (14,3%) de ces hébergeurs proposaient plus d'un logement sur Airbnb et représentaient 35% de l'offre d'Airbnb à Paris.

Jeffrey Squire, Directeur associé des expertises chez Colliers International France, a commenté : « Les recherches montrent qu'il y a eu une augmentation de 28,5% des séjours Airbnb à Paris de 2016 à 2017. Cependant, 2018 pourrait voir cette croissance diminuer quelque peu si les souhaits de la Mairie de Paris aboutissent et forcent 84% des hôtes d'Airbnb à adhérer aux réglementations mises en place à la fin de l'année dernière. Avec 85% des parts de marché de l'hébergement, les hôtels parisiens dominent encore nettement : les séjours de nuit ont augmenté de 15% entre 2016 et 2017, montrant ainsi la résistance des hôtels parisiens face à l'influence d'Airbnb. En outre, nous prévoyons une croissance soutenue des séjours de nuit dans les hôtels parisiens grâce au plan d'investissement Grand Paris de 32,5 milliards d'euros, à la croissance de 2 milliards d'euros de Disneyland Paris en 2021, à la Coupe du monde de rugby en 2023 et aux Jeux Olympiques de Paris en 2024. »

 

Lire la suite du communiqué.