Télécharger le communiqué

 

Paris, le 10 janvier 2019 – Colliers International France a réalisé une enquête inédite sur la perception des salariés en environnements flexibles1 , à l’heure où la flexibilité est au cœur de toutes les problématiques d’entreprise. Quels sont les bénéfices de ces environnements de travail, quelles faiblesses peut-on observer et quels sont les retours d’expériences des salariés ? Découvrez l’étude !

 

Etat des lieux

On distingue aujourd’hui trois typologies d’environnement de travail dits « Flex office » avec des aménagements différenciés selon les objectifs :

  • Flex : postes de travail standardisés principalement pour optimiser l’espace, sans diversité de typologies d’espaces ou de mobiliers.
  • Dynamique : aménagement par activité pour optimiser l’environnement de travail avec des espaces pour se concentrer, créer, téléphoner, échanger en équipe projet…
  • NWoW (New Ways of Working) : aménagement par activité au service d’une volonté globale de transformation culturelle : favoriser l’autonomie, développer la confiance et responsabiliser, renforcer la cohésion des équipes, adopter une orientation résultats.

Colliers International France est aujourd’hui pionnier de cette nouvelle approche « New Ways of Working ».

 

Pourquoi choisir un environnement flexible ?

Du côté des salariés, la nécessité de faire évoluer les modes de management et de travail, les aspects financiers et la stratégie de l’entreprise, la question globale de la transformation de l’entreprise (culturelle, digitale) sont les 3 raisons qui motivent le choix d’un environnement flexible. Du côté des dirigeants, ceux-ci attendent des environnements flexibles une amélioration de la transversalité et de la collaboration, une optimisation des coûts, l’incarnation de l’identité et des valeurs, une meilleure transformation globale de l’entreprise. Les objectifs semblent converger puisque 60% des salariés pensent que leur environnement flexible contribue à la bonne image et à la performance de l’entreprise.

 

Les dessous du Flex office : quels sont les facteurs clés pour un Flex office réussi ?

L’implication des salariés au projet est un facteur clé très important d’un passage réussi au Flex office. Ceux qui affirment leur participation au projet de transformation affichent une satisfaction de 79% contre 46% de satisfaction pour ceux qui n’ont pas été consultés.

Le télétravail participe aussi à ce succès. 56% des salariés français rêverait de pouvoir en bénéficier. Télétravailler 2 jours par semaine semble être un rythme apprécié par les salariés et de plus en plus envisagé par les politiques RH. Pour celles et ceux qui déclarent travailler à distance, leur satisfaction est corrélée au nombre de jours passés en dehors de l’entreprise : 74% de satisfaction pour 2 à 6 jours télétravaillés par mois, alors que ce taux retombe à 49% pour moins de 3 jours par mois et à 50% si le nombre de jours passe de 6 à 10 jours. Les salariés acceptent de travailler à distance mais avec parcimonie.

Perçue dans un premier temps comme un frein, la personnalisation du poste de travail n’est pas une priorité : seuls 44% des personnes interrogées estiment qu’il est important pour elles de personnaliser leur environnement de travail, soit à peine 1 sur 2. Cela semble peu ou pas important pour près de la moitié des répondants.

 

Le NWoW est le champion toutes catégories de cette étude

Il en ressort de cette enquête que le NWoW affiche les meilleures performances et ce dans toutes les catégories analysées.

Le NWoW est le champion du bien-être au travail. Les environnements NWoW induisent davantage de flexibilité et de choix pour les salariés. 76% des sondés déclarent avoir toujours plaisir à se rendre à leur travail (versus 61% dans les espaces Flex, 65% dans les espaces dynamiques). 79% des salariés en NWoW sont satisfaits de leur environnement de travail (versus 48% en Flex et 58% en Dynamique).

Le NWoW est le champion de la performance individuelle et collective. Les environnements NWoW facilitent la concentration tout en permettant les rencontres et la transversalité. 68% des sondés estiment qu’ils favorisent leur efficacité (versus 33% en Flex et 52% en Dynamique). 76% disent qu’ils favorisent les échanges informels entre collègues et la transversalité (versus 55 % en Flex et 62% en Dynamique).

Au regard de cette enquête le NWoW apparait comme un modèle à suivre pour les organisations à condition que l’impulsion soit donnée par la direction et le management. La volonté de travailler autrement implique une transformation culturelle qui doit nécessairement être accompagnée et se traduire dans la conception des espaces de travail. Ces derniers, qui sont un levier de la qualité de vie au travail, doivent être décidés et portés à tous les niveaux de l’entreprise en amont du projet d’aménagement.

 

Découvrez la réalisation de Colliers International pour AXA Belgique qui a plébiscité le NWoW.