TRIBUNE | Quel immeuble de bureau pour demain ?

 

#2 La technique du bâtiment de demain

 

Le travail aujourd’hui revêt de nouvelles formes : plus nomade, plus connecté, plus digital, plus collaboratif, plus d’attention portée à la qualité de vie au travail des salariés (QVT). Cette transformation sociétale détermine l’espace de travail et donc son « enveloppe », l’immeuble de bureau. Ce dernier doit s’adapter dès sa conception, au plus près des besoins et préoccupations des entreprises et de ses occupants pour soutenir leurs mutations.

 

Qu’en est-il de la technologie ? Afin de répondre aux attentes environnementales plus rigoureuses et exigeantes, l’ingénierie technique optimise la conception des installations et apporte une souplesse de gestion. Le bâtiment est connecté pour faciliter l’usage et pour offrir confort et services aux utilisateurs. Le fonctionnement de l’ouvrage se veut automatique et au service des économies d’énergie, tout en permettant aux occupants un contrôle raisonnable de l’éclairage et de la température.

Cela est rendu possible grâce aux nouvelles technologies de GTB (Gestion Technique du Bâtiment) et à la généralisation du «smart building». L’éclairage circadien - Reproduire la lumière naturelle selon la saison et l’heure-, se développe particulièrement avec l’ergonomie des terminaux, tel que les commandes des stores, du traitement d’air et participe au bien-être des occupants.

La communication avec l’utilisateur s’adapte grâce à l'audiovisuel qui transforme les espaces collaboratifs. L’affichage dynamique oriente et informe en temps réel. Les espaces collaboratifs se réservent à l’avance ou à la volée pour optimiser l'occupation, le confort, les équipements et les services proposés.

Les ressources énergétiques dédiées au bâtiment sont pour leur part optimisées et minimisées. Voir même, pour un Bâtiment à Energie Positive (BEPOS), produire plus d’énergie qu’il n’en consomme pour son fonctionnement. Tous les éléments concourent à ce bon sens environnemental, y compris les matériaux dont la composition se complexifie (revêtement de sol, etc…) afin de limiter leur bilan carbone. L'exploitant participe aussi à ces efforts et a une vision précise de la vie du bâtiment, il peut optimiser les consommations, répondre rapidement et efficacement aux éventuels dysfonctionnements, et participer à l'évolution des espaces.

 

AdobeStock_243498544

 

Par ailleurs, les métiers de l’électricité se tournent vers des éléments pré-connectés et opèrent des changements de compétence pour s’adapter à la généralisation croissante des technologies type PoE (Power over Ethernet – La Puissance électrique est déployé sur le réseau IT).

Face à la multiplication du télétravail, le réseau de l’immeuble doit faciliter ces nouvelles façons de travailler : il doit être performant et les connectiques bien présentes pour assurer un accès fluide au réseau grâce à une connexion WiFi simplifiée et sans barrières. La distribution de la fibre optique au poste de travail se répand pour les moyens et gros projets, tandis que les réseaux informatiques en cuivre restent employés à l’échelle du poste de travail et se déploient dans le domaine de l’éclairage, la sécurité et la surveillance. Ces deux derniers usages évoluent d’ailleurs autour de notre smartphone et la reconnaissance biométrique.

La technique, c’est aussi assurer un système de sécurité performant aux accueils des immeubles, c’est allier un besoin renforcé en sécurité à un besoin de circuler librement dans des espaces ouverts et collectifs. Demain, l’immeuble sera complètement connecté : on peut imaginer qu’une fois l’accueil franchi, un système appellera l’ascenseur, allumera l’ensemble des luminaires jusqu’au poste de travail.

Grâce à la technologie, l’immeuble de bureau s’adapte et répond aux enjeux et attentes des utilisateurs : connecté, sécurisé, agile, attirant. Le bâtiment intelligent est aussi une formidable opportunité donnée à la filière pour se réinventer et offrir des prestations plus techniques, apportant davantage de valeur ajoutée.

 

 

Retrouvez aussi la tribune Les usages du bureau de demain, entre flexibilité & réversibilité